Les questions que tout le monde se pose à propos des pirates et corsaires - (image : Long John Silver dans L'île au Trésor - 1883)

Les questions que tout le monde se pose
à propos des pirates et corsaires

333 au total

Flux RSS 'Les questions que tout le monde se pose à propos des pirates et corsaires'

Question de François   - 15.05.2022
1 591 lectures

Quelles étapes autour du lever de l'ancre doivent être réalisées avant, pendant, et après ? Pour un navire de type trois-mâts carrés par exemple.

R: Les différentes étapes lorsqu'on lève l'ancre d'un navire de type 3 mâts voile carré :

  • Le chargement des marchandises. Ici, une balle de coton descendue dans l'entrepont par l'écoutilleChargement du navire en nourriture, boissons et toutes autres marchandises utiles aux marins, mais aussi au commerce.
    Les petits fûts (tonneaux) étaient roulés sur des planches. Les objets lourds d'environ 500 kg étaient hissés à bord à l'aide d'une grue (appelée bigue, faite de poutres placées sur trépied) sur le quai ou des cordes et poulies fixées à la vergue du navire.

    Une fois les marchandises à bord, elles étaient descendues dans les cales via les écoutilles. Le bois doit être minutieusement réparti dans les cales sinon le navire s'incline sur un côté, avec des mouvements de rappel brusques, qui fatiguent la mature et pouvant même la casser, et la plupart des chargements se déplacent, tombent, se détériorent...

  • Vérification des gréements, des voiles et des canons

  • Les marins virent le câble au cabestan jusqu'à ce que l'ancre soit à picLes marins tournent le cabestan pour remonter l'ancre.
    L'ancre contient une longueur de chaîne qui est fixée au tournevire. Le tournevire est le cordage qui s'enroule autour du cabestan.

  • Pendant que l'ancre se lève, les marins (appelés les gabiers) sont envoyés sur les vergues des basses voiles pour larguer les voiles.

  • L'ancre est remontée jusqu'au bossoir L'ancre est maintenant complètement hissée et amarrée au bossoir.

    Et plus tard, lorsque le navire est au large, l'ancre est amarrée sur le gaillard d'avant (l'avant du navire).

  • Les gabiers s'occupent des voiles, ils dérabantent les cacatois (ils défont les rabans qui attachent la voile ferlée sur sa vergue pour l'établir.)Les gabiers s'occupent ensuite de déferler les voiles hautes.

  • Le vent gonfle les voiles et le navire est prêt à appareiller.

  • Le timonier prend la barre et ce n'est pas aussi simple qu'on peut le voir dans les films. Le timonier observe comment le vent remplit les voiles (qui sont au préalable réglées pour le cap désiré), puis la direction relative de la houle.
    La nuit il suivra une étoile dans l'alignement d'un hauban ou d'une vergue. Il doit corriger d'un léger mouvement de barre dès qu'il sent le navire s'éloigner de son cap. Si le gouvernail garde un angle trop fort et trop longtemps par rapport à la quille c'est qu'il faut changer les réglages de la voilure (mal réglée, ou le vent a changé de direction).

  • ...et pendant toutes ces manœuvres où le bateau quitte le quai, un "violoneux" jour un air sympa pour aider les marins à garder la cadence. Et bien souvent, les marins travaillent en chantant.

    • Pour le retour, c'est sensiblement identique, à la différence que si la profondeur d'eau n'est pas connue. L'approche des côtes présente toujours un danger important !
      Il faut se méfier des courants, des bancs de sable, des récifs, bancs de coraux.
      L'homme de sonde «change le fond» d'une voix forteDonc pour éviter de s'échouer sur des "basses" (hauts-fonds) il faut que le timonier manie la sonde (et oui, en plus de manier la barre). La sonde contient un poids en plomb de 5 à 7kg attaché à la ligne graduée. Une graduation chaque mètre, visible par une languette de cuir. Tous les 10cm il y a un morceau d'étamine. Les dizaines de mètres sont distinguées par différentes couleurs (10m = bleue, 20m = blanche, 30m = rouge, 40m = jaune). Chez les anglais ce sera différent, mais je ne m'éternise pas ici. Et donc, le timonier, qui fait office d'homme de sonde également, va "chanter le fond", bien fort pour être bien entendu, par exemple "Fond dix, bâbord dix !".
      L'allure du navire en fonction de la direction du vent Pendant toute cette étape, il faut jouer avec les voiles si le vent est fort, le navire doit avancer doucement. Il doit donc gérer "l'allure'. L'allure indique l'angle du navire par rapport au vent. Il y en a 7 : "Bout au vent" : c'est face au vent , donc le navire ne peut pas avancer. "Près" : le navire remonte à 60° avec des voiles bordées au maximum. voila, je donne le nom des suivants sans donner les explications pour faire court : "Petit largue ou près bon plein", "Vents de travers", "Largue", "Grand largue", "Vent arrière".
      Dans le cas où le navire remonte le vent, il doit louvoyer, c'est à dire, virer de bord sans arrêt (gauche puis droit) pour prends un peu de vent de chaque bord afin de remonter contre le vent. Cette manœuvre, pour un trois mâts carrés, s'appelle "Virer lof pour lof".

      Pour conclure :

      Il n'y a pas énormément de grandes étapes, mais chacune d'entre elles nécessite une grande rigueur, une forte connaissance du métier et de nombreuses estimations à gérer de ce qui environne le navire et des éléments qui "jouent" autour de lui.
      Il faut savoir que chaque chose que j'explique plus haut peut être énormément détaillée avec beaucoup de termes techniques, ça peut devenir très complexe.

      © illustrations : Edward Mortelmans



4 questions/réponses au hasard sur la piraterie




» Accueil des questions/réponses

» Aperçu des 333 questions/réponses

» La liste des 333 questions

» Recherchez la réponse à votre question

» Posez votre question si la recherche est infructueuse